Apprendre à traduire le langage dircom

136 Vote

Marc Thebault communication publique marketing territorialQui n’a pas, lors de différentes rencontres professionnelles, été surpris par le langage teinté de corporatisme des communicants, dircoms publics en tête ? Certes, il leur incombe de maîtriser divers lexiques professionnels qui émanent de nombreux secteurs différents, chacun possédant ses propres expressions. Mais, au-delà d’un vocabulaire spécifique – et parfois abscons pour le profane – il convient de se pencher également sur l’implicite des propres tenus. Ainsi, il m’a semblé indispensable de vous proposer une liste d’expressions récurrentes, avec leur traduction simultanée. Désormais, lorsque vous entendrez l’explicite, vous saurez immédiatement comment décrypter et saisir le sens réel caché derrière les mots. Histoire de mieux communiquer entre nous, évidemment.

Le mécanisme de ce billet est simple, j’écris d’abord le verbatim, puis sa traduction. Exemple, quand je dis « Avec ce blog, je tente de contribuer modestement à la réflexion collective », vous entendez « Bon alors, vous allez le dire que ce blog déchire un max ? » et vous avez raison ! Maintenant que les règles sont exposées, lançons-nous …

LES ACTIONS :

> « Cette opération est volontairement “décalée” », entendre : « J’ai cherché un truc intelligent et … je n’ai pas trouvé ».

> « Je suis très fier de cette opération dans laquelle nous nous sommes beaucoup impliqués » 
: « Les types de l’agence, il va leur falloir des semaines pour qu’ils s’en remettent ! (en option : « MDR ! ») ».

> « J’ai laissé carte blanche à mon prestataire » : « Avec ce qu’il me facture, il faudrait qu’en plus je fournisse les idées ? ».

> « Nous avons créé le buzz je pense. Vous avez constaté le nombre de vues ? » : « J’avais dealé avec la DRH une indexation du Régime Indemnitaire en fonction du nombre de vues par les agents de ma collectivité ».

> « Cette opération est totalement inscrite dans la stratégie de communication validée par les élus » : « On a pensé que c’était sympa les p’tits trucs en couleur ? Non ? ».

> « Cette action a été menée avec un budget maîtrisé » : « J’ai explosé les enveloppes ! Ben ouais, joker : c’était une commande politique ! Dans ta face le DGA Finances ! ».

LES CONFRERES :

> « Les rencontres professionnelles, comme le Cap’Com notamment, sont des occasions inespérées d’échanger avec des collègues et de s’enrichir mutuellement », saisissez plutôt : « Toute cette jeunesse en mini-jupes ! Je revis je te dis, je revis ! ».

> « Dans ma collectivité, c’est un peu différent » là, au choix suivant le contexte : « Non mais attends, tu sais ce que je me traîne comme boloss chez moi ? » ou bien : « Bonhomme, le truc c’est que dans ma mairie les élus ont bon goût, eux … »

> « J’aime beaucoup ce que tu fais » : « Moi aussi avec un budget comme le tien je pourrais en pondre à la pelle des Mickeys à la mode, Mister Ducon 2.0 ! ».

LE FONTIONNEMENT :

> « Mon budget n’a pas été trop impacté par la rigueur extrême du moment », préférez déduire : « Moins 30 % à la commission de la “hache” (“commission d’arbitrage budgétaire” – ndlr pour les non initiés), je suis en slip ! ».

> « Chaque fois que je le peux, j’accueille des stagiaires. C’est tellement essentiel pour leur avenir », complétez par : « … surtout que mes archives sont un vrai boxon et je ne dis rien de ma photothèque … », mais aussi, lorsque que c’est un dircom mâle qui s’exprime : «  … enfin, surtout des filles … (rire gras) ».

> « J’ai une équipe très soudée autour de moi » : « … et très obéissante (ricanements) ! ».

> « Nous fonctionnons beaucoup par réunions interactives, brain-storming et autres temps d’échanges créatifs » : « … histoire d’être certain qu’ils ont bien compris MES idées et MES directives (soupirs) ».

> « Il est si naturel que je donne aux plus jeunes de mon service la chance de s’exprimer» : « … avec du lait qui coule encore de leur nez si t’appuies dessus ? Et ils veulent faire les malins devant les élus ? T’inquiète, je vais grave les calmer ! ».

> « Nous suivons scrupuleusement les règles des marchés publics » : « … Elles sont où les règles du CGCT ? Mais DTC mon grand, DTC ! ».

L’INTERNE :

> « Je sais qu’aux yeux des autres directeurs de la collectivité, mon poste est considéré comme atypique », traduisez par : « Ils m’appellent “la danseuse du Maire”, ils m’obligent à porter un tutu, ils me demandent toujours de raconter des histoires drôles … Ce sont sans doute AUSSI des marques de reconnaissance, non ? » ou encore : « Que eux et leurs familles soient maudits jusqu’à la quatrième génération ! ».

> « Mes collègues savent que je suis dans une relation de grande proximité avec les élus » : « C’est pas grave, ça m’est égal de manger tout seul à la cantine … Et puis l’affichette “KGB” collée sur ma porte, c’était un peu drôle … ».

> « L’ensemble des actions menées par les directions de ma collectivité répondent à la stratégie que j’ai mise en place et est coordonné par mes soins », ajoutez naturellement : « … sauf pour les [censuré] qui bénéficient de passe-droits en permanence … Moi aussi, quand j’entends le mot “culture”, je sors mon revolver … ».

> « La fonction communication demande une pédagogie récurrente auprès des autres services » : « C’est pas comme si je passais mon temps à répéter toujours les mêmes choses à ces demeurés. Et bosser avec des trisomiques, ça ne serait pas plus gratifiant ? ».

> « J’apprécie particulièrement lorsque mes collègues viennent me proposer des idées d’opérations de communication  » : « L’autre, t’as vu, il a encore un minitel et il vient m’expliquer la vie et internet ! Si je pouvais lui exfolier les bajoues au gravier  … ».

> « Le personnel attend toujours avec une réelle impatience chaque numéro du journal interne » : « … Je crois que c’est juste parce qu’il est distribué avec la fiche de paie ».

> « Notre direction est très réactive face aux sollicitations d’actions de com. des services » : « … on est toujours prévenu et associé au dernier moment et pour des projets dont nous n’avons jamais entendu parler ! » (sur une proposition de Marc Cervennansky).

> « Nous donnons toute la place légitime qui revient à l’opposition dans nos supports de communication » : « … Juste on ne leur donne pas les bonnes dates de publication, mouahahah … ».

LES PUBLICS :

>  « Je respecte totalement la liberté de la presse. Nous sommes en démocratie n’est-ce pas ? », comprenez : « C’est sûr, ça va leur faire tout drôle sans notre budget publicitaire ni nos annonces légales. Leur torchon, il va moins bien marcher, forcément ! (rire sardonique) ».

> « Nous prenons toujours en compte les courriers reçus qui commentent nos publications ou nos actions de communication » : « D’accord, dans cette ville il n’y a que les plus de 80 ans qui écrivent ? C’est quand la prochaine canicule ? ».

> « Les réunions de quartiers sont des instances indispensables pour donner corps à la participation citoyenne » : « Bien sûr, les crottes de chien c’est ma came. Je kiffe à mort la déjection canine comme le réverbère en panne … J’ai un peu envie de pleurer là ! ».

LES TUTELLES :

> « Mon élu est un bon communicant » : « Tant qu’il répète mes éléments de langage, ça tient. Mais s’il improvise, alors là, c’est un festival … ».

> « Le circuit de validation est très précis » : « Il a fallu que je mette des puces GPS dans les parapheurs pour les retrouver … ».

> « Il faut savoir anticiper les délais de validation, je crois que la clef est là ! » : « Sinon ça va mieux, j’ai réduit le Lexomil à 4 par heure. ».

> « J’occupe une place singulière dans l’organigramme, rattaché au DGS mais en liens fonctionnels, donc quasi quotidiens, avec le Cabinet » : « Et j’ajoute l’adjoint à la comm. et le Maire … J’allume un cierge à Synthèse tous les matins. Note bien que le côté farce du truc, c’est que je peux toujours dire aux uns que ce sont les autres qui ont décidé … ».

> « Je pense être une force de proposition écoutée par mes supérieurs » : « Je crois surtout que je les fais marrer … C’est déjà ça … ».

> « Evidemment, d’importantes responsabilités au plus près du pouvoir local demande une grande disponibilité » : « La dernière fois que j’ai vu mon petit dernier, il m’a appelé “Monsieur” … Je me dis parfois que ramasser du coton en Louisiane peut s’avérer être plutôt cool … ».

> « C’est clair, il convient quelquefois d’être en position d’exécution d’une commande ferme d’un supérieur » : « OK, mais avec préservatif et lubrifiant. Et je n’embrasse pas ! ».

> « J’aime travailler avec une pression quasi permanente. C’est stimulant ! » : « Avec un bon avocat, je peux sans doute plaider la légitime défense, non ? ».

> « Au Cabinet, ils sont très pointilleux », remplacez par : « Au Cabinet, ils sont très pointilleux (je sais, c’est bizarre, mais ce blog est peut-être sur écoute … ndlr) ».

Et, pour conclure :

 > « Je ne m’occupe absolument pas des élections » : « La loi du 15 janvier 90 ? T’as raison, avec ce que je colle partout comme photos du Maire depuis 5 ans, ça ne me dérange de faire moins maintenant ! ».

> « Je suis d’abord un technicien, je peux donc travailler avec tous les élus », soyez certains qu’en réalité il est dit : « Note pour plus tard : penser à mettre à jour mon CV pour le 1er mars 2014 !  ».

Bien sûr, vos propositions d’expressions supplémentaires ou de nouvelles traductions sont les bienvenues !

Voir aussi :
- Vous nous reconnaissez ? Our name is “Serge … Aquoi Serge” !.
- 15 trucs pour dépister le gène du communicant public.

À propos de Marc Thébault

Directeur de communication publique (Mairie d'Issy-les-Moulineaux, mairie de Saint-Etienne, Communauté d'agglomération Caen la mer), marketing territorial (Saint-Etienne Métropole), chargé de cours en stratégie de communication publique, en territorialisation de la communication et en marketing territorial (Ecole de Management de Normandie, Caen / UCO, Angers / IEP, Lille), auteur chez Territorial ("Construire la communication intercommunale" et participation au classeur "Le Dircom"), webéditorialiste sur cap-com.org. A suivre sur Twitter (@marcthebault) et sur Viadéo comme Google + (Marc Thebault)
Cette entrée a été publiée dans Techniques de comm, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Signaler un abus

15 réponses à Apprendre à traduire le langage dircom

  1. On pourrait aussi ajouter dans “En interne” :

    “Notre direction est très réactive face aux sollicitations d’actions de com des services” : on est toujours prévenu et associé au dernier moment pour des projets don nous n’avons jamais entendu parler.

  2. le calonec dit :

    Une belle bosse de rire… Merci Marc!

  3. Sylvie dit :

    Splendeurs et misères de notre fonction.. Un bon moment :)

  4. Aurélie dit :

    Il m’est rare d’éclater de rire en lisant. Bravo ! j’en souris encore…
    Heureusement que je vous ai lu à 13h15…

  5. Castel78 dit :

    je vais en rire toute la nuit ;-)

  6. Castel78 dit :

    “mes relations avec le DGS sont excellentes, nous travaillons en grande symbiose…” : “il a tout compris, c’est grâce à moi qu’il gardera son poste en 2014…”

    Définition : La symbiose est une association intime et durable entre deux organismes hétérospécifiques (appartenant à des espèces différentes), … in wikipedia

  7. Bastien dit :

    Très bon… ‘Me tâte pour une diffusion générale au groupe majo dès lundi matin…

  8. Gilles dit :

    Il manque dans le fonctionnement : ” Les contraintes budgétaires, c’est bien, ça nous amène à être plus créatifs” : Avec les budgets que j’ai eu pour mes campagnes cette année, ça ne valait même plus la peine de prendre des agences, on a du tout faire en interne.

  9. RAOULT dit :

    “Merci pour ces 5 minutes de fou-rire ;-) ça détend”
    Quand je pense que j’ai renoncé à mon identité numérique en filant mon costume de dircab ;-(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>